2S   209(2décembre 2014)

2014 est l’année des anniversaires, des anniversaires plus ou moins glorieux mais qui ont marqué le 20éme siècle: et l’histoire de notre pays

-       Le centième anniversaire du début de la grande Guerre celle qui devait être la der des ders.

-       Le 70eme anniversaire des débarquements du 6 juin et du 15 août 1944.

-       Le 60ème anniversaire de la fin de la bataille de DIEN BIEN PHU et de la fin de la guerre d’Indochine.

-       Le 60ème anniversaire du début de la guerre d’Algérie, une guerre qui va durer 8 ans.

Il y a donc une période 1914-1962 de prés de 50 ans de guerre pour notre pays car on omet :

-       la guerre du RIF (1923) : 150.000 soldats français concernés, 2500 morts dont on a d’ailleurs effacé toute trace ;

-       les différentes opérations au Moyen–Orient entre 1925 et 1936 mobilisant 50.000 hommes et faisant des pertes de 6.000 morts ou disparus par suite de maladies.

sans oublier la guerre d’Espagne qui, si officiellement elle ne concerne pas notre pays, a laissé beaucoup de traces dans notre région et particulièrement en Tarn-et-Garonne (cf. les journées Manuel AZZANA qui ont lieu tous les ans).

D’ailleurs, le Général de GAULLE parle dans ses Mémoires de la période 1914 – 1945 comme d’une guerre de trente ans et les guerres de décolonisation, conséquences des guerres mondiales suivent sans interruption la fin de la seconde.

Toute cette période de notre Histoire (1914-1962), toutes ces guerres ont été conduites par une armée de gros bataillons, une armée de conscription, l’armée de la République dans laquelle se retrouvaient à un moment ou à un autre tous les citoyens en âge de porter les armes et pas seulement des citoyens masculins car petit à petit des femmes y ont été intégrées.

Depuis une lente évolution se produit réduction des effectifs, fin du service militaire obligatoire, puis suite des réductions avec toujours le même argument, celui que nous entendons, depuis 50 ans : la promesse de créer un outil plus efficace .L’Armée de la République est devenue petit à petit l’Armée au service de la République, un corps d’Etat comme un autre. Certes, on le flatte beaucoup ,on met en exergue ses succès, on honore grandement ses morts on lui reconnait un certain nombre de qualités particulières mais elle est une des premières sur laquelle on prélève des crédits alors que d’autres grands corps dont on peut mettre en doute l’efficacité ont droit à des largesses .

Nous les anciens sommes souvent déconcertés par l’amoindrissement de cette armée que nous avons connue plus florissante et par les changements d’attitudes que cela entraîne.

Peut-être jugeons-nous mal ? Même si nous nous efforçons de suivre l’évolution des menaces, des armements, des techniques.

Il y a surement des domaines nouveaux à exploiter et à développer mais il semble bien qu’au dernier moment il faudra bien de plus gros effectifs pour occuper le terrain. Et puis la menace étant à la fois multiforme et mondiale comment y faire face ici et là ? Un article du journal Le monde en date du 16 novembre titre d’ailleurs : Hollande : Plus de guerres, moins de moyens. On n’est pas forcé d’accepter tous les aspects pessimistes développés dans cet article mais il y a certainement une bonne dose de vérité.

Alors, nous les anciens nous ne pouvons que vous dire à vous les plus jeunes en activité : Tenez bon, bon courage. Dans toutes les situations, les cyrards ont toujours fait preuve d’abnégation, de sens du devoir avec souvent une bonne dose de débrouillardise Continuez la tradition. Espérons seulement qu’il ne sera pas trop tard lorsque le balancier s’inversera ou sera obligé de s’inverser.

Colonel(ER) Roger POUILLON

Doyen des Saint-Cyriens du Tarn-et-Garonne

bandeau-tarnetgaronne

 

Flash-01

derniereminute

02806415
Aujourd'hui
Hier
Semaine
Mois
707
3266
12669
83921

Votre IP : 54.80.169.119
Date & Heure Serveur : 2017-11-23 05:19:42
23/11/2017
HORLOGE
Heure :
Free business joomla templates