Bir Hakeim Décès du Colonel Bernard LABRUNE LABRUNE 00

Décédé le 13 novembre 2018 à Marseille

Chevalier de la Légion d’Honneur et officier de l’Ordre National du Mérite

Mon cher Bernard,

Nous sommes là, aujourd’hui, quelques uns de la promotion Bir Hakeim, pour te dire Adieu.

Bir Hakeim, nom d’histoire mais aussi de notre histoire, choisi pour la promotion de Saint Cyr que tu as intégrée, comme on dit, après avoir préparé le concours d’entrée à Toulouse, corniche Cathelineau au Lycée Pierre-de-Fermat...

À Coëtquidan, nous étions dans la même compagnie, moi à la 4, toi à la 2 toujours souriant, discret, serviable, parlant peu. À la sortie, tu choisis l’arme du Génie comme moi, et on se retrouve à Angers en école d’application où scientifiques que nous étions, nous jouons les prolongations pendant une année à la faculté catholique d’Angers.

Ensuite, c’est le départ pour chacun d’entre nous vers notre première affectation en corps de troupe, la découverte de notre métier.

Ta carrière fut celle de beaucoup d’entre nous, se partageant entre le commandement et l’état-major.

Pour toi, le commandement, ce fut d’abord celui des officiers-élèves étrangers à l’école du Génie d’Angers. Et tu y reviendras ensuite, bien plus tard, commander le 21ème régiment du Génie, régiment de soutien de l’école et de réserve générale. Entre-temps, tu obtiens le brevet technique en suivant la scolarité de l’ENSTA (École Nationale Supérieure des Techniques avancées) et tu assumes les fonctions de chef du bureau opération instruction au 9ème régiment du Génie.

  Ta qualification de breveté technique te vaudra une longue affectation à l’état-major de l’Armée de Terre, bureau équipement, pour les différentes études sur les futurs matériels de l’Armée de Terre.

Comme pour nous tous, l’âge aidant, la retraite est arrivée. Tu devenais colonel ER c’est-à-dire en retraite et tu t’installais définitivement dans ta maison à Montauban. C’est là que je te retrouvai, moi-même, ayant quitté l’activité en 2000 et installé dans le département du Tarn voisin.

La première réunion des Petits-Co de la région s’est déroulée chez moi. Nous n’étions pas très nombreux mais heureux de se retrouver comme si l’entrée à Saint-Cyr était hier. Tu as participé à ces réunions chez les uns et les autres jusqu’en 2009, prémices de ta maladie.

Je croix que tes occupations favorites étaient la chasse et l’histoire.

  Pour la chasse, j’étais au courant par un ami de ma paroisse qui m’avait dit connaître un chasseur invétéré sur le camp de Caylus.

  Pour l’histoire, je m’en suis rendu compte en achetant le livre sur l’histoire des casernements militaires en Tarn et Garonne, publié par l’ANOCR, et auquel tu as grandement collaboré, jusqu’à la limite de tes forces.

Ton épouse Marie-Claude étant tombée malade, ta fille vous a installé à Marseille là où elle résidait. La suite, tout le monde la connaît. Nous t’avions perdu de vue, mais la Bi-Bir est tenace et nous t’avons retrouvé par l’intermédiaire de ta fille, heureux de pouvoir te dire un dernier aurevoir.

Adieu Bernard, les officiers de la Bi-Bir te salut.

Éloge prononcée par le Général Pierre NOVELLO

Le colonel Bernard LABRUNE était adhérent à la SMLH 82, à l’ANONM 82, à l’ANOCR 82 et à l’AOR 82

bandeau-tarnetgaronne

 

Flash-01

derniereminute

18/02/2019
HORLOGE
Heure :
Free business joomla templates